lundi, 10 avril 2017 11:49

Objenious s’apprête à couvrir la Russie

Écrit par  Emile Marzolf
Stéphane Allaire, p-dg d'Objenious Stéphane Allaire, p-dg d'Objenious

Objenious, la filiale de Bouygues Telecom dédiée à l’Internet des Objets, a annoncé la signature d’un contrat d’itinérance en Russie avec Lartech Telecom.

 Un peu plus d’un an après sa création, le français Objenious, filiale de Bouygues Telecom, s’est associé au russe Lartech pour partager leur réseau bas-débit LoRa Wide Area Network (LoRaWAN). Tous deux sont membres de l’Alliance LoRa, ce groupement qui réunit opérateurs, industriels et fabricants d’objets autour d’une cause commune : le développement du LoRaWAN à travers sa standardisation. « C’est un accord qui permet à nos objets LoRa, qui circuleront en Russie, de passer par les antennes de Lartech afin d’être renvoyés sur notre réseau » explique Stéphane Allaire, p-dg d’Objenious. Pourquoi en Russie ? Tout simplement parce que l’opérateur s’inscrit - pour le moment tout du moins - dans une démarche opportuniste. « Il y a trente-sept opérateurs télécoms qui sont en train de déployer leur réseau LoRa dans le monde, mais nous nous intéressons uniquement à ceux qui sont bien avancés ». C’est le quatrième accord signé par Objenious en moins d’un an. Les trois précédents lui permettront notamment de couvrir la Belgique avec Proximus, une partie des Etats-Unis avec Senet, et l’Allemagne avec Digimondo, filiale de E.ON. « Demain nos objets voyageront et il faudra qu’ils puissent être joints partout dans le monde » justifie le p-dg d’Objenious, qui compare cet accord de roaming (itinérance, ndr) aux plus de 160 accords passés par Bouygues Telecom pour l’itinérance de ses réseaux 2G à 4G à l’étranger. Le réseau d’Objenious comptait, début janvier 2017, 4000 antennes réparties sur 30 000 communes. La firme prétendait alors couvrir 93% de la population hexagonale. Aujourd’hui et c’est là l’argument qui a convaincu Lartech de s'associer avec Objenious selon le Stéphane Allaire, elle compte plus de 4200 antennes, ce qui revient à « offrir la France sur un plateau ». La filiale de Bouygues Telecom entend lancer ses premiers tests techniques dès l’été 2017. Avec pour objectif de surmonter les défis d'interopérabilité réseau des objets d’une bande de fréquences à l’autre, selon le pays où ils se trouvent et selon différents cas d’usages. « Tout cela se prépare techniquement au niveau des réseaux, au niveau des accords entre opérateurs, et au niveau de l’objet lui-même » explique Stéphane Allaire, qui prévoit l’itinérance effective de ses objets à partir de 2018.

Connectez-vous pour commenter