vendredi, 26 mai 2017 16:53

Altice enterre le célèbre carré rouge de SFR

Écrit par  Emile Marzolf
Patrick Drahi, le patron d'Altice Patrick Drahi, le patron d'Altice

C’est à New York, à l’occasion du lancement d’Altice USA, que Patrick Drahi, propriétaire de SFR, a choisi de dévoiler la refonte de l’identité du groupe. L’opérateur abandonne ainsi son célèbre carré rouge.

 Altice (propriétaire de SFR, actionnaire minoritaire de Coalition Média, maison-mère du JDT, ndlr), scelle sa stratégie de convergence des médias à travers une grande opération marketing. Le groupe fondé par Patrick Drahi troque le violet et orange pour un logo plus sobre, un simple “a” en minuscule et en dégradé noir et blanc. Il adopte également un nouveau slogan, « Together has no limits », censé entériner la fusion des marques, avec son lot de valeurs. L’objectif ? Passer « d’une société holding regroupant une diversité d’actifs et de marques à travers le monde à la constitution d’un Groupe mondial intégré à la marque unique Altice » peut-on lire dans le communiqué officiel. Cette harmonisation doit consacrer la convergence de ses activités. Dans son discours de New York, Patrick Drahi a présenté la convergence des réseaux, des services mobiles, des médias, des contenus originaux et des agences de publicité et d’analyse des données, comme le principal outil au service du groupe Altice et de sa nouvelle vision globale.

Une refonte tout en douceur

Le nouveau logo noir et blanc sera désormais l’identité de toutes les marques d’Altice, hormis pour les entités médias que sont BFM-TV, RMC, Libération et l’Express, pour la France, et News 12 Networks ou i24News en Israël et aux Etats-Unis. Toutes conserveront et leur nom et leur identité visuelle. Tout comme certaines des marques télécoms telles que Red (offres low-cost de SFR), Uzo et Sapo au Portugal et Next TV en Israël. Teads, la régie publicitaire web, est également épargnée.
A titre d’exemple, les marques B2B du groupe deviendront Altice Business, SFR Sport deviendra Altice Sport et ainsi de suite. L’adoption de la nouvelle identité visuelle se fera progressivement, avec un objectif final fixé au second trimestre de 2018.

 

Relancer SFR

Le changement d’identité intervient alors que SFR fête ses 30 années d’existence. Fondé en 1987 par la Compagnie générale des Eaux, devenue Vivendi, la Société Française du Radiotéléphone s’était positionnée comme le premier concurrent au monopole public de France Télécom. Face à l’échec de la stratégie du contrôle du contenant (les réseaux) et du contenu (ce qui y transite) initiée par Jean-Marie Messier, Vivendi a cédé SFR à Altice en 2014. La holding fondée par Patrick Drahi en 2001, s’est rapidement dirigée vers la même stratégie, rachetant câblo-opérateurs comme producteurs de contenus.
Depuis le mariage Numéricable-SFR, l’opérateur au carré rouge ne se porte pas au mieux. L’an dernier, SFR a essuyé 138 millions d’euros de pertes. Des pertes qui s’expliquent en partie par la fuite de ses abonnés, avec le départ de 512 000 clients dans le mobile, et de 240 000 autres dans le fixe, pour un total de plus de 2,5 millions en l’espace de deux ans. Pour se remettre en marche, l’opérateur parie sur la diversification des contenus et la convergence des médias. Michel Paulin, directeur de SFR, a souligné cette stratégie dans un communiqué : « depuis deux ans SFR se réinvente à travers la stratégie de convergence d’Altice. Avec 9,6 millions de prises fibre et 88 % de la population couverte en 4G/4G+, mais aussi la meilleure qualité de service et un investissement continu dans le sport, les news, la presse et les divertissements, SFR a prouvé sa capacité à se transformer. La nouvelle stratégie de marque du Groupe Altice nous permettra d’accélérer la mise en valeur de notre nouveau modèle pour nos équipes et pour nos clients ».
Derniers faits d’armes de sa quête de fusion des contenants et des contenus, SFR a lancé, en 2016, le kiosque numérique SFR Presse, qui réunit une multitude de titres de presses accessibles à tous ses abonnés. Plus récemment, le groupe a décroché les droits de retransmission de la Ligue des Champions de football, au nez et à la barbe de Canal+ et beIN.

Connectez-vous pour commenter