mardi, 21 mars 2017 18:12

Free Mobile relance la bataille de la data

Écrit par  Emile Marzolf
Xavier Niel, le fondateur de Free Xavier Niel, le fondateur de Free

Dernier épisode de la guerre des prix dans laquelle se sont lancés les opérateurs de téléphonie français, Free Mobile propose désormais l’internet mobile illimité en 4G à ses abonnés Freebox.

 Free Mobile augmente considérablement l’enveloppe data de son forfait. En plus des appels, SMS et MMS illimités en France métropolitaine, le forfait de l’opérateur intègre désormais l’internet illimité en 4G. Cette générosité n’est cependant pas disponible pour tous les abonnés. Seuls les titulaires d’une offre Freebox -donc, les abonnées payant 15,99 euros leur forfait- disposeront de la data illimitée en 4G. Les autres devront, pour 19,99€, se « contenter » de 100 Go d’internet par mois. Un plafond déjà largement supérieur à ceux proposés par ses concurrents, qui peinent à atteindre les 50 Go, et souvent, pour des montants supérieurs.

Toujours plus de data

Ces derniers mois, les opérateurs français, à travers leurs marques low-cost notamment, ont rivalisé d’agressivité avec de nouvelles offres au rabais, incluant toujours plus de data. Tous proposent désormais un forfait standard aux alentours de 25 € qui comprend entre 20 et 30 Go d’internet. Et tous ont tenté de prendre l’ascendant en proposant des tarifs spéciaux pour une durée déterminée, parfois moins chers encore que le forfait à 19,99 € et 50 Go de données de Free Mobile. Dernier exemple en date, l’offensive de SFR Red avec un forfait à 100 Go à 20€. La riposte de la société de Xavier Niel ne s’est pas fait attendre. Une semaine après l’annonce de SFR, Free Mobile contre-attaque avec un forfait en illimité pour ses abonnés Freebox et avec un plafond de 100 Go pour les autres. La semaine dernière, la filiale d’Iliad assénait déjà un premier coup à ses concurrents. Elle avait annoncé, en anticipation de la fin des frais d’itinérance en Europe décidée par la Commission européenne, que ses abonnés ne s’exposeraient plus à un surcoût lorsqu’ils téléphonent et naviguent (en-deçà de 5 Go d’internet) dans 35 pays étrangers, et sans contrainte de temps.

Cette stratégie fondée sur des prix agressifs ne va pas sans impacter les investissements de Free Mobile en matière de déploiement 4G. A ce jour, le quatrième opérateur ne compte encore que 7 938 sites 4G, loin derrière Orange et ses 10 500 sites, tandis que Bouygues Telecom mène la danse, juste devant SFR, qui revient au galop. Ce dernier est passé, en l’espace d’un an, d’environ 5000 sites à 10 687 sites au 1er mars 2017. Free Mobile, qui a pris d’assaut la bande de fréquence 700 MHz, est d’ailleurs celui qui affiche le plus grand écart entre le nombre de sites autorisés et le nombre de sites effectivement en service. Pour rappel, la fin progressive du contrat d’itinérance passé avec Orange, qui permet à Free de profiter du réseau de l’opérateur historique, a commencé en janvier 2017 et devrait aboutir en 2020.

Connectez-vous pour commenter