jeudi, 17 novembre 2016 10:39

SI : A vos marques. Prêts ? Réduisez les budgets !

Écrit par  Pierre Langlois, directeur commercialEMEA chez Silver Peak

Dans une étude sur les DSI, PwC révèle qu’en 2016, 71 % d’entre eux visent à maîtriser et piloter leurs coûts, et trois sur quatre confirment la mise en place d’un plan de réduction des coûts. En outre, 75 % des personnes interrogées indiquent avoir déployé des solutions SaaS, cloud et mis en œuvre des serveurs virtualisés afin d’alléger leurs dépenses en ce qui concerne les applications et les infrastructures.
En effet, de plus en plus d’applications sont proposées sur demande via internet et le cloud obligeant les entreprises à évoluer « à la vitesse du cloud ». D’ailleurs, en phase avec l’étude PwC, Gartner estime que 80 % des entreprises migreront vers le SaaS pour leurs applications d’ici 2018 : une telle proportion doit pousser les DSI à revoir leurs infrastructures réseaux afin de bénéficier efficacement de ces réductions favorisées par le cloud.

Pierre Langlois, directeur commercial EMEA, chez Silver Peak commente : La maîtrise des coûts est au cœur des préoccupations des DSI depuis plusieurs années à présent. La transformation numérique des entreprises en est la cause principale, avec une importante croissance des données et applications à gérer. Qui dit augmentation des données, induit l’anticipation de nouveaux défis tels que les pertes de paquets lors de transferts de données, les risques de failles de sécurité, ou encore les encombrements du réseau susceptibles de ralentir la capacité de l’organisation à connecter ses employés aux applications et donc d’affecter sa performance.
De manière générale, dans ce cas de figure, les entreprises utilisent des réseaux WAN étendus associés à des connexions Multiprotocol Label Switching (MPLS) pour connecter les utilisateurs aux applications et données en mouvement. Cette méthode favorise ainsi la collaboration entre les employés à l’intérieur d’une organisation, ses clients, fournisseurs et partenaires répartis géographiquement. Toutefois, l’explosion des services SaaS et des applications cloud a généré une frustration de la part des entreprises notamment au niveau des coûts et du manque de flexibilité des connections MPLS, et incite les DSI à repenser et réévaluer leur WAN. Bien qu’il offre des moyens stables, performants et flexibles d’interconnecter de multiples datacenters et succursales, le MPLS est jugé comme très – voire trop – couteux. Par exemple, une entreprise qui possède 100 bureaux distants peut dépenser jusqu’à 2,5 millions de dollars* par an pour une connectivité MPLS. Ainsi, force est de constater que ce type de connexion ne suffit plus pour répondre aux enjeux actuels du WAN.


Provisionning du réseau

C’est dans ce contexte qu’internet s’est présenté comme l’alternative la plus adaptée pour répondre à ces problématiques en évolution pour endosser le rôle du « nouveau WAN ». Ce dernier ouvre la voie à un provisioning du réseau étendu plus rapide, et permet d’utiliser plusieurs chemins WAN simultanément. Bien qu’il ne soit pas question pour les entreprises d’abandonner le MPLS, elles sont plus susceptibles de se tourner vers une connectivité hybride leur permettant de tirer parti de liens haut-débit inactifs et/ou d’augmenter leurs circuits de bande passante privés. Pour ce faire, elles évaluent les solutions SD-WAN qui s’appuient sur toutes les formes de connexions, offrant un niveau de performance supérieur à ce que d’autres connexions apportent individuellement. De plus, en augmentant le MPLS avec une connexion internet les entreprises connectent plus facilement leurs employés aux applications cloud, contrairement à celles situées dans les datacenters. Ce Software Defined-WAN (SD-WAN), outre une flexibilité plus importante, une meilleure visibilité, une capacité de contrôle et des performances améliorées, permet de réduire jusqu’à 90 % des coûts. Les DSI peuvent ainsi tirer un meilleur parti de la connectivité internet à moindre frais, réduire l’empreinte réseau du bureau distant, améliorer la productivité de l’entreprise et par conséquent, à plus long terme, les dépenses d’investissements (CAPEX) qui y sont associées.

Connectez-vous pour commenter